Dernière guerre en Ukraine : les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien se rencontrent en Turquie

Le Credit Suisse est devenu jeudi la dernière banque à présenter son risque russe, détaillant une exposition de crédit totale de 1,6 milliard de francs français (1,7 milliard de dollars) fin 2021.

Le créancier a déclaré qu’il s’agissait notamment de dérivés et d’expositions de financement dans sa banque d’investissement, d’expositions de financement commercial dans sa banque suisse locale et de prêts dans son activité de gestion de patrimoine. Elle a ajouté qu’après prise en compte des couvertures, garanties, assurances et garanties, son exposition nette au risque était de 848 millions de francs.

En outre, Credit Suisse a déclaré que ses filiales russes détenaient des actifs d’une valeur de 195 millions de francs.

Sans donner de détails, la banque a déclaré qu’elle avait « une exposition totale minimale au crédit des personnes spécialement sanctionnées » dans son activité de gestion de patrimoine, qui a toujours été un créancier privilégié des riches Russes.

« En termes purement financiers, nous avons revu nos positions et pensons que l’exposition de la banque à la Russie est bien gérée, avec des systèmes adéquats en place pour faire face aux risques encourus », a déclaré Thomas Gottstein, PDG du Credit Suisse.

« L’environnement actuel signifie prendre des décisions difficiles et gérer des situations difficiles, mais toujours avec un sens clair de la perspective et un désir de faire la bonne chose.

Lundi, une autre banque suisse, UBS, a déclaré avoir une exposition d’environ 200 millions de dollars aux actifs russes utilisés comme garantie dans les prêts lombards, qui sont des prêts garantis avec un portefeuille d’actifs liquides tels que des actions et des obligations et d’autres financements garantis.

À titre de comparaison, Raiffeisen en Autriche a déclaré une exposition directe à la Russie de 22,9 milliards d’euros (24,9 milliards de dollars), tandis que Société Générale et Crédit Agricole en France ont déclaré une exposition de 18,6 milliards d’euros et 4,9 milliards, respectivement, et ING aux Pays-Bas. déclaré 6,7 milliards d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.